Un peu d'histoire...

Avant la visite de ce moulin, essayons de remonter le temps pour mieux comprendre la situation géographique et sa construction sur le piémont des Albères.

canal d'irrigationLa première étape sera la domestication des torrents qui dévalent les pentes des Albères et la création et la mise en service du rech dels molins, au XIIIè siècle, période au cours de laquelle ce type de construction se multiplie dans toute la Catalogne. Il est un des plus longs (2279m) du versant nord de l’Albéra et comptera jusqu’à 4 moulins.

Les premières mentions de moulin le long de la rivière de Laroque remontent au Haut Moyen Age –juillet 889 - et une autre en décembre 915. A cette époque Laroque était un ensemble de hameaux dispersés. Ce canal prend l’eau de la rivière de Laroque au lieu-dit les « caranques » à hauteur de Roca Vella. Après 1km d’un parcours paisible, en très faible déclivité (18m) son débit s’accélère dans le passage du bien-nommé « Salt » -le saut- d’où il plonge vers le village. Après un dénivelé de 90m, il retrouve la rivière en aval et son cours  est jalonné de 3 moulins avec leurs basses, ou bassins ainsi qu’un grand réservoir (Bassa d’en Pagès) et de canaux secondaires pour l’irrigation des jardins. Ces bassins servaient à corriger les variations des précipitations, problème majeur commun à tous les moulins des Pyrénées méditerranéennes (les moulins pouvaient s’arrêter pendant les mois d’été).

Après l’arrêt des moulins, dû aux profondes mutations du 19è siècle, après 6 siècles de bons et loyaux services, le rech se retrouve au cœur d’une nouvelle aventure : l’électricité. En 1807 la chute du Salt est mise à profit pour actionner la turbine de l’usine électrique qui fera de Laroque une des premières communes du département à s’éclairer à l’électricité (creusement d’un bassin de 900m3, canalisation en fonte pour amener l’eau 300m plus loin et 45m plus bas).

De 1898 à 1914, l’usine assurera l’éclairage privé et municipal. 

Le rech cessera « ses bons et loyaux services » en 1914 pour laisser sa place à un moteur thermique qui fera fonctionner l’usine jusqu’en 1923.

Sur les 4 moulins implantés le long de ce canal, celui qui nous intéresse particulièrement est le Moulin de la Pave : le 1er en amont situé en bordure du chemin de la montagne dans la partie la plus pentue du Salt. Cet édifice en ruine jusqu’en 2006 est en cours de restauration par l’Association « Le Patrimoine de Laroque».


Le moulin de la Pave est un ancien moulin à farine pourvu en eau par le canal du village.

Ruines du moulin de la PaveL’origine de ce moulin remonte au XIVème siècle.

Son nom actuel découle du nom de famille du 1er occupant : famille Paua.Nous n’oublierons pas le Moulin de la Place (moli gran), le moulin du Seigneur (en face du précédent) qui de moulin à grains deviendra moulin à huile (développement de la culture de l’olivier au 17ème siècle) à l’intérieur de ce même «casal » sera construit un second moulin, mais à farine. Le dernier était le moulin de Cabestany (1796) nom du propriétaire, en aval des 3 autres moulins. 


Schéma de fonctionnement du moulin de la Pave, moulin à roue horizontaleLe moulin possédait une roue horizontale à la base, qui était actionnée par l‘eau, à laquelle était fixé un axe qui montait et faisait tourner une autre roue qui broyait les céréales. 
Pour information, les moulins à huile ont une roue verticale.

Visite et fonctionnement d’un moulin à farine hydraulique : Si dès la préhistoire, les hommes ont broyé des céréales pour se nourrir, il a fallu plusieurs millénaires pour passer du procédé rudimentaire de la meule manuelle faite d’une presse plate sur laquelle on faisait aller et venir une molette en pierre, aux premiers moulins à eau. En Grèce un à deux siècles avant notre ère, puis via l’Italie, ils gagnent notre région.Transmission directe dans le cas d’une roue horizontale constituée de pales en bois disposées en oblique ou creusées en forme de cuillères pour bénéficier d’une meilleure impulsion. 

système de relevage de la meule mobile



roue à aubes (arroudet)




La fin des moulins à farine 

Elle se situe dans la 2ème partie du 19ème siècle, due à plusieurs raisons à la fois locales et générales : 

  • Suréquipement : 3 moulins à la fin du 18ème siècle,  5 au 19ème avec en même temps évolution vers une monoculture de la vigne sur tout le piémont de l’Albère.
  • Développement des moyens de communication : l'arrivée du chemin de fer à Perpignan en 1858 et l'amélioration des voies de circulation amènent une nouvelle donne économique (vigne en Roussillon, céréales en Beauce et Flandres).
  • Mutations technologiques : minoterie industrielle, remplacement des roues en bois par les nouvelles turbines hydrauliques (dans le département des Pyrénées Orientales : 290 moulins en 1809, 9 en 1936).

Le moulin de la Pave a été entièrement restauré par l'association le Patrimoine de Laroque des Albères

L’activité du moulin de la Pave s’est poursuivie jusqu'à la fin du XIXème siècle. Il a été habité jusqu’en 1942 et est ensuite tombé en ruines. 

Il est devenu propriété communale et a été remis en état dès 2006 par  l‘association du Patrimoine de Laroque en partenariat avec la municipalité. Les bénévoles de cette association ont posé une toiture pour consolider le bâtiment et le mettre « hors d’eau ». Actuellement, l‘atelier  du meunier (au rez-de-chaussée) ainsi que son logement (à l’étage) sont entièrement restaurés. 


L’association recherche activement une meule qui pourrait  permettre de compléter l‘ouvrage.

Chargement de Google Maps...


Contact

Office de Tourisme
20, rue du Docteur Carbonneil
66740 Laroque des Albères

Tél : 04 68 95 49 97
Fax : 04 68 95 42 58
Contact mail

Urgences
Enquête de satisfaction

Espace pros

Horaires

Du lundi au vendredi
de 09h00 à 11h30 et de 14h00 à 17h30

En juillet et août, du lundi au samedi
de 09h00 à 12h30 et de 15h00 à 18h30,
le dimanche de 09h00 à 12h30.